LE TOUT AUTRE

Par ... :: jeudi 24 juillet 2008 à 17:55 :: Madagascar

Mon billet du 11 novembre dernier évoquait les milliers de Malgaches tués sur les champs de bataille de la première guerre mondiale et enterrés – lorsque leurs corps ont pu être retrouvés – dans les cimetières militaires français. Ce billet est à l’origine d’un long commentaire reçu récemment sur le blog et posté par « un jeune français ». Le voici in extenso.

 

« Je suis désolé moi aussi pour ces drames, mais je reste un peu attristé par la haine qui semble être transmise à travers ces leçons d'histoire interprétées (dont je ne conteste absolument pas l'originalité). Je ne connais pas vraiment l'histoire de Madagascar et je ne veux pas défendre la France de ses basses actions passées en particulier, qu'ils ont été les premiers à reconnaitre dans le monde et à tenter de réparer (malgré l'impossibilité de réparation), mais j'ai beaucoup voyagé malgré mon jeune âge et je pense que le français n'a pas été vraiment le pire des colonisateurs européens (en vérité je pense le contraire même si cette époque reste source de honte dans le cœur des jeunes comme moi) et en ce qui concerne les guerres mondiales, j'ai un sentiment de redevabilité énorme envers ces jeunes qui se venus se battre pour nous, pour sauver notre monde en France, en sacrifiant leur vie comme nos parents ou grands parents ont sacrifié la leur... Je vous rappelle quand même que la France a imposé des valeurs d'humanité qui ont fait progresser, s'améliorer le monde à travers les âges, même si mon pays n'est pas peuplé de gens "parfaits", comme l'abolition de l'esclavage ou les droits de l'homme par exemple...


Personnellement, en tant que français, au lieu d'envoyer la honte à tous les français du monde (message que je reçois à travers ces textes) je ferais l'éloge de cette nation malgache, qui parmi d'autres, est venue défendre mon pays loin de ses terres des invasions allemandes, et ainsi libérer le monde entier du joug de l'Allemagne qui ne s'annonçait pas des plus joyeux, et pas seulement pour les arrogants Français (génocide des juifs Allemands par exemple???). Sans l'aide des Malgaches peut-être que les Allemands de l'époque auraient créé un monde meilleur ? Peut être pas... Je reste sceptique, et je continue de me sentir redevable envers tous ces gens, français ou étrangers, qui ont défendu mon pays ainsi que le reste du monde... »

 

« Jeune français », puisque tel est votre pseudonyme, je souhaitais d’abord vous remercier pour cette longue contribution, qui prouve que le sujet traité dans mon billet vous a touché.

 

Qu’il n’y ait pas d’ambiguïté dans mes propos : la compassion que j’exprime dans ce billet envers les jeunes Malgaches envoyés se battre en Europe va aussi aux jeunes Français, séparés de force de leurs familles, de leurs villages, de leurs compagnes ou amis, pour aller pourrir et mourir sur les champs de bataille. Pour revenir ensuite, s’ils en réchappaient, estropiés, mutilés, amputés, défigurés, psychologiquement détruits. Ma compassion va vers ces enfants privés de leur père, vers les mères privées de leurs enfants, vers les sœurs privées de leurs frères.

Elle va aussi vers les jeunes Allemands – plus de 6 millions de morts et blessés – les jeunes Russes – 7 à 8 millions… et tous les autres jeunes adultes impliqués bien malgré eux dans cette gigantesque boucherie. En matière de bellicisme, la connerie des dirigeants, comme la souffrance des peuples, est transfrontalière… Ce que Paul Valéry résuma ainsi : "La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas".

 

En ce qui concerne la colonisation, votre point de vue me semble pour une grande part issu de la propagande – aujourd’hui, on parlerait de « communication institutionnelle » - qui a permis si longtemps de convaincre les Français du bien-fondé de la colonisation.

 

La colonisation de Madagascar ? C’était d’abord une guerre. Une guerre décidée par l’Assemblée Nationale française. Une guerre d’un pays souverain contre un autre pays souverain. Les soldats français débarquant à Majunga en 1895 avaient contre eux des cuirassés, des canons, des fusils ennemis...

On peut le regretter, mais la France ne fut pas toujours un pays attaqué et forcé de se défendre. Même sans remonter à Napoléon, la France fut aussi – souvent - une puissance conquérante, qui cherchait à étendre son territoire par la force et la violence.

Je vous entends déjà me rappeler que la France était néanmoins un pays démocratique, bercé par les droits de l’homme...Le moins que l’on puisse dire est qu’elle n’en a pas fait profiter les  habitants des territoires qu’elle occupait suite à ces guerres de conquête. Les Malgaches n’ont rien vu du droit de vote, ni d’autres droits d’ailleurs, tandis qu’ils devaient se soumettre à une politique de travaux forcés et se voir enrôlés pour servir de chair à canon sur le continent européen.

 

Rappeler l’histoire, ce n’est pas faire preuve de haine envers quiconque. Car – et c’est en cela que votre commentaire fait fausse route – je n’ai aucunement envie de « faire honte aux français » comme vous le dîtes, car les habitants de la France de 2008 ne sont évidemment en rien responsables de tout cela.

 

Mais l’Histoire est utile en ce qu’elle doit nous faire réfléchir sur notre présent et notre futur. Comment se fait-il qu’un si grand nombre de responsables – soutenus par la plupart des médias de l’époque, des enseignants, des citoyens – aient accepté et même encouragé cette politique de colonisation ? Je pense que cela ne peut se faire que si l’on considère que l’AUTRE, le colonisé, est fondamentalement différent de soi, qu’il n’est en rien comparable, qu’il est TOUT AUTRE.

 

à Paris vers 1900 : les zoos humains

 

Alors quelle leçon pour le présent ? Ne serait-on pas un peu dans la même situation que ne l’étaient nos arrière-grands-parents en 1895 ?

Comment accepter en 2008 que quinze africains, dont neuf enfants en bas âge, meurent de déshydratation à bord d’une petite embarcation au large de l’Espagne ? Comment accepter en 2008 les centres de rétention, camps entourés de barbelés, où des familles entières pourront être enfermées pendant 18 mois conformément à un récente directive européenne ? Comment accepter tout cela si l’on ne considère pas que les personnes touchées par ces mesures sont fondamentalement différentes de soi ?

 

En 1895, le Malgache devait être TOUT AUTRE pour que l’armée française puisse envahir son pays.

En 1917, l’Allemand devait être TOUT AUTRE pour que les gouvernants puissent justifier la guerre (voir en cela, dans mon billet précédent, "qui est le Boche ?")

 

Le Boche, c'est un lâche égorgeur des enfants, des fillettes, embrochant les bébés avec des baïonnettes,

massacrant par plaisir, sans raisons... sans quartier

 

En 2008, l’habitant du Tiers Monde, ou le clandestin, doit être TOUT AUTRE pour que la voie sans issue choisie par les dirigeants européens puisse paraître viable aux yeux des élites et de l’opinion.

 

Dans la France de 2008,  la plupart des élus – toutes tendances confondues –  la plupart des journalistes, la plupart des enseignants et finalement la plupart des citoyens français n’ont-ils pas intégré cette vision d’une Europe forteresse, qui se protège de milliards de pauvres qui voudraient l’envahir ? Cette vision qui n’était – il y a quelques années seulement - que le fantasme de quelques hommes politiques isolés – semble être devenue un lieu commun. Comme en 1895, il semblait tout naturel que la France étende sa domination sur de vastes territoires, peuplés – pour l’imaginaire populaire – de quasi-sauvages…

Les illusions nationalistes des Européens du début du 20ème siècle, consciencieusement entretenues par les politiques et médias de l’époque - ont conduit aux pires drames.

Ne pensez-vous pas, « jeune français », que l’aveuglement des Européens du début du 21ème siècle – enfermés dans leur forteresse physique et mentale – ne peut conduire tout droit à de nouveaux drames ?

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://tcmada.zeblog.com/trackback.php?e_id=343176

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © 2006 Blog d'automne - Blog créé avec ZeBlog.com