Le carnaval moche

Par ... :: vendredi 11 avril 2008 à 17:42 :: politique


Expulser toujours plus de sans-papiers. C’est le mot d’ordre. La mission. Pour satisfaire à ces objectifs (très) politiques, certains spécialistes de la course à l’échalote sont devenus ces dernières années des stakhanovistes de l’ignoble. Se faire bien voir, ne pas se faire convoquer par le ministre comme un écolier fautif. Faire carrière.
Que laisse dans son sillage cette cohorte de fonctionnaires dociles ?

Des parents expulsés, laissant leurs enfants seuls en France, orphelins de père ou de mère. Silvana – 13 ans, Omer – 4 ans, Jaël – 6 ans, Jeff – 2 ans, Bayroute – 7 ans, Kafia… et la liste serait très longue.  Des enfants et des nourrissons placés en centre de rétention, prisons qui ne veulent pas dire leur nom. Amela – 1 an, Mickaël - 16 mois, Houhanès, et tant d’autres…
Des papas arrêtés quelques jours avant Noël et placés en centre de rétention pendant que les Préfets devaient passer les fêtes en famille.
Des sans-papiers piégés dans les préfectures. Un exemple : les étrangers qui viennent s’enquérir de l’avancement de leur dossier au guichet de la préfecture de Nanterre, mis en attente, conduits dans la fameuse « cabine 17 », arrêtés sur le champ par la police.



Christiane (ci-dessus), expulsée la veille de la fête de son école et qui n’aura pu dire au revoir ni à ses copains de classes, ni à son instituteur, ni à sa grand-mère, qui n’a pu aller la voir au centre de rétention faute de papier.
Elisabeth. Arrêtons-nous un instant sur cette béninoise. Elle s’est mariée avec Claude, ressortissant français en octobre 2005. Son titre de séjour « vie privée et familiale » est renouvelé une première fois en novembre 2006. Son mari découvre quelques mois plus tard qu’il est atteint d’un cancer ; il décède en octobre 2007. Elle informe l’administration de ce décès et reçoit un refus de séjour accompagné d’une mesure d’éloignement, avant d’être interpellée ce 3 avril. Le préfet lui a écrit : « Même si la rupture de communauté de vie résulte malheureusement du décès du conjoint français, l’administration ne peut renouveler le titre de séjour sollicité ». Si l’on pouvait avoir en face le fonctionnaire qui a écrit cela, et le préfet qui a signé… (Se révolter, se défouler, leur botter le cul…).

Dans ce carnaval moche* de la France de 2008, on voit des juges arrogants qui envoient en prison celles et ceux qui ont refusé d’embarquer. On voit des morts aussi. Celles et ceux qui ont sauté de la fenêtre, ou qui ont plongé dans la rivière pour échapper aux contrôles de police « ciblés ». Ivan, Tarek, Chunlan, Baba…  Les déboutés du droit d’asile renvoyés dans le pays qu’ils fuyaient, en danger de mort. Ceux qui se suicident en apprenant le refus de la France de leur accorder l’asile. John, 19 ans. Ceux qui ont péri étouffés par un coussin dans l’avion qui les expulsait. Semira, 20 ans. N'est-il pas temps de créer sur internet un monument virtuel à toutes ces victimes de la « politique d’immigration » de l’Europe forteresse ? Tous ces morts n’avaient pas un assez bon curriculum vitae pour faire partie de l’immigration «choisie». Tombés par malchance sur un contrôle au faciès, ou dénoncés, ils ont permis à certains préfets de prouver là leur efficacité et leur loyauté.
Quels ressentiments emportent avec elles ces familles brisées, séparées, meurtries ? Qu’en retiennent leurs enfants, les copains, les voisins ? Peut-on construire un avenir sur des humiliations, des blessures, des insultes ? Ces atteintes au droit déshonorent tout autant les politiques qui les conçoivent que les fonctionnaires qui les mettent en œuvre. Que ce soit dans les aéroports, les préfectures, les centres de rétention ou les tribunaux, la France et l’Europe se salissent les mains pour longtemps.

* titre emprunté au livre d'Alain Brossat qui traitait du sort de victimes expiatoires d'un autre temps

Trackbacks

Pour faire un trackback sur ce billet : http://tcmada.zeblog.com/trackback.php?e_id=311531

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Nom ou pseudo :


Email (facultatif) :


Site Web (facultatif) :


Commentaire :


 
Copyright © 2006 Blog d'automne - Blog créé avec ZeBlog.com